Accueil > Actualité

Marie était une « grande dame » reconnue dans le monde de la psychothérapie. Elle venait de la psychanalyse et, à ce titre, nous a grandement sensibilisés à ces concepts, notamment celui de transfert et de contre transfert qui lui semblait essentiel pour être un bon thérapeute. En pionnière, elle a contribué, avec d’autres, au développement de la Gestalt-thérapie en France et a formé plusieurs générations d’étudiants.

Marie avait une forte personnalité. C’était une femme précise et intelligente, avec un humour percutant. Elle ne laissait jamais insensible, ni indifférent. Intègre, elle déplorait, entre deux volutes de fumée, l’appauvrissement de la langue française. Elle était exigeante pour notre plus grand bien.

Elle a été la première à écrire un livre en français sur la Gestalt-thérapie qui reste, encore aujourd’hui, un ouvrage de référence. En 1980 aux éditions Retz, La Gestalt Thérapie de l’ici et maintenant.

Son humour parfois sarcastique devenait un véritable rayon de soleil devant la souffrance et la noirceur de ce monde. Voici son propos retrouvé dans le numéro 38 de la Revue Gestalt : “Quand j’étais moribonde, c’était il y a quatre ans, j’étais vraiment moribonde, ce n’est pas une blague, je me suis dit, il faut que je dise quelque chose de définitif à mes enfants du style « mes enfants, je vous ai beaucoup aimés » ou « continuez sans moi » ou je ne sais pas quoi... et puis je n’ai rien trouvé du tout. Et il y a quelques jours, on parlait de ça avec des copains et on se disait mais finalement, qu’est-ce qu’on aimerait mettre comme ultime phrase pour la fin. Ce qu’on a trouvé de mieux c’était « démerdez-vous »”

Nous aurions aimé discuter encore et encore avec toi, Marie, car tu nous bousculais pour nous faire avancer.

Merci, d’avoir existé dans ce monde. Là où tu es, nous espérons que cela ressemble à la nature que tu aimais tant, peut-être l’île de Houat où tu étais enfant.

La Société Française de Gestalt & le Collège Européen de Gestalt-thérapie